Back to top

Sylvie Alem, viticultrice et présidente de la cave coopérative de Monbazillac. Femme de pouvoir et de goût

Partager sur :

« J’aime bien les gens » explique tout simplement Sylvie Alem. Une confession qui résume fort bien tout à la fois sa nature, gaie, empathique, rayonnante et ses aptitudes à diriger, sens du consensus et de l’intérêt commun, capacité de décision.

Fille d’agriculteur de la région de Bergerac, Sylvie est aujourd’hui viticultrice et surtout Présidente de la cave coopérative de Monbazillac qui représente le tiers de l’appellation du même nom et ne cesse de grandir. Monbazillac, la première appellation de liquoreux en France devant le Sauternes est aussi un vin de femme ; ce qui pourrait expliquer que Sylvie est l’une des rares présidentes de coopérative en France qui plus est qui a succédé à une autre femme qui a assumé cette responsabilité 13 ans durant. Pourtant cette destinée n’était pas forcément écrite. « A 20 ans, je n’envisageais pas de reprendre la ferme de mes parents, j’avais l’amour du Périgord mais je voulais aussi faire et voir autre chose ». Diplômée en comptabilité, elle travaille plusieurs années en concession automobile. « Ça ne me gênait pas de commander à des hommes, tous plus âgés que moi ». Le couple (son mari comptable trouve du travail à Bergerac) revient alors sur ses terres. « Et là, je voyais ma mère usée par le travail qui continuait à trimer avec l’élevage et la vigne et j‘ai voulu qu’elle s’arrête ; c’est notamment cela qui m’a décidé à reprendre ». Voilà donc Sylvie chef d’exploitation viticole, qui apprend le métier, la taille, les traitements, le travail du sol et qui se fait petit à petit respecter par les voisins « quand même un peu étonnés voire sceptiques » devant cette femme seule aux commandes de 20 hectares de vigne. La naissance de deux enfants et l’augmentation des surfaces viticoles poussent son mari à la rejoindre en 2007 ce qui lui donne plus de temps pour des activités extérieures.

"Nous les femmes on va plus vite"

En effet, en 2009, elle prend la présidence de la cave de Monbazillac succédant ainsi à Annette Goulard, à l’époque première présidente historique d’une cave coopérative. La cave de Monbazillac c’est 50 viticulteurs, 950 ha de vignes, 9 millions d’€ de chiffre d’affaires et le château de Monbazillac qui reçoit 50 000 visiteurs … une grosse PME. « Je crois que nous les femmes on va plus vite ; habituées à gérer plusieurs dossiers en même temps, on va à l’essentiel de la décision sans palabrer indéfiniment comme le font parfois les hommes ; on est un peu comme un meuble à tiroirs ». Membre de plusieurs organisations professionnelles (ndlr : en agriculture il y en a pléthore !) appellation, interprofession, fédération de coopératives, chambre d’agriculture, Safer… Sylvie se sait respectée parce que crédible. « Ça ne gêne pas les autres de me mettre devant » confie-t-elle sans aucune arrogance. « J’ai du mal à accepter l’échec, lorsque je gère un dossier, je fais en sorte de ne pas avoir de regret parce-que je serai allée jusqu’au bout pour le défendre». Convaincue par le modèle coopératif, sa convivialité, son efficacité, sa résilience, elle s’investit pour l’installation des jeunes (le vignoble de la coopérative a augmenté de 250 hectares, une rareté en viticulture), l’œnotourisme, la viticulture raisonnée. Femme de pouvoir et de goût titrait un quotidien local. Une grande dame de la coopération pourrait-on ajouter !

syvie alem et son mari dans leurs vignes de Monbazillac
Sylvie Alem et son mari dans leurs vignes de Monbazillac