Back to top
nos combats cooperatifs

Coopérative UGPBAN

Faire renaître les bananeraies des Antilles après l’ouragan Maria

Partager sur :
Développement des territoires ruraux

100% des bananiers de Guadeloupe ravagés en quelques heures

Les 18 et 19 septembre 2017, la totalité des bananeraies de Guadeloupe et les deux tiers des bananeraies de la Martinique ont été anéanties par l’ouragan Maria et ses vents de plus de 160 km/h. Une catastrophe pour les producteurs privés de revenus pendant au moins un an et souvent dépourvus des moyens suffisants pour nettoyer et replanter. Cependant, les 600 producteurs, organisés en coopérative au travers de l’Union des Groupements de Producteurs de Bananes de Guadeloupe et Martinique (UGPBAN), ont néanmoins  relevé le défi. Sous le nom de code « #9 mois », le temps nécessaire pour obtenir un régime de bananes, une communication dédiée aux clients et partenaires de la filière décrit le retour en production des adhérents.

Un vaste mouvement d’organisation collective s’engage piloté par l’UGPBAN et les coopératives Banamart (Groupement de la Martinique) et LPG (Les producteurs de Guadeloupe). Parmi les nombreux problèmes à résoudre, définir les objectifs de production dans un plan de relance pensé pour éviter que toute la récolte n’arrive d’un coup sur le marché. Ce retour en production séquencé permet aussi de ne pas avoir trop de production à commercialiser pendant les mois d’été qui correspondent à la période creuse de consommation.

Même dans ces circonstances exceptionnelles, le respect de l’environnement est une priorité pour la filière qui est engagée dans un « Plan Banane Durable » signé avec les pouvoirs publics en 2008. En accord avec les principes agroécologiques promus par la filière, les producteurs  mettent donc en place des jachères d’au moins 18 à 20 mois avant de replanter. Ils installent des couverts végétaux qui entretiennent naturellement la bonne santé des sols et pratiquent la rotation culturale en alternant par exemple banane et canne à sucre.

objectifs
Goal

Retrouver rapidement une production durable

Goal

Nettoyer les parcelles et préparer les sols

Goal

Echelonner le retour à la production

Goal

Adresser un plan de formation aux salariés sur les métiers « verts »

preuves
3

espèces de colibri revenues dans les bananeraies

productrice de banane

les bananeraies emploient 1 personne par hectare (contre 1 personne pour 33 hectares en culture céréalière)

15
techniciens de coopératives et un institut technique affectés à la reconstruction des bananeraies
Neuf mois c’est le temps nécessaire pour qu’un bananier repousse jusqu’à la récolte du régime
régime de banane

la banane est une herbe et non pas un arbre ; chaque année elle repousse et le régime apparaît précisément à la 27ème feuille

Neuf mois c’est le temps nécessaire pour qu’un bananier repousse jusqu’à la récolte du régime
la coopérative

Le combat de la coopérative Ugpban

L’Ugpban est née en 2003 de la volonté des producteurs de s’organiser et de créer une filière intégrée à la pointe de l’innovation. La coopérative est le garant du maintien d’une agriculture familiale, les producteurs cultivant en moyenne 13 hectares de terre (contre 200 hectares en Amérique du Sud). La coopérative possède en France ses propres murisseries et ses équipes commerciales ce qui lui permet d’éviter les intermédiaires et de rémunérer ainsi équitablement les producteurs-coopérateurs.

 

Consommez coopératif avec les bananes de Guadeloupe Martinique

600
agriculteurs-coopérateurs
6000
salariés
270 000
tonnes de bananes