Back to top
moutons bio
Dossier   |   3 articles

L’agriculture bio pourrait représenter 15% des surfaces en 2022

Partager sur :
Toutes les régions

 

Un environnement mieux protégé, plus de nutriments, le respect de la nature, les nombreux bénéfices de l’agriculture biologique font de plus en plus recette en France comme presque partout dans le monde. Les coopératives en sont de fervents et très anciens soutiens.

Penser dés aujourd'hui aux générations futures

550 c’est le nombre de coopératives agricoles impliquées dans le développement de l’agriculture biologique française. Elles sont en effet soucieuses de participer au développement d’une agriculture qui s’inscrit dans une démarche durable et qui pense dès aujourd’hui aux générations futures. L’agriculture biologique s’inscrit complémentent dans cette démarche. C’est en effet un mode de production qui recourt à des pratiques culturales et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. Elle exclut notamment l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l’emploi d’intrants. Elle est une des manières de répondre aux grands enjeux de demain : lutte contre le changement climatique, préservation de la biodiversité, protection des sols, qualité de l’eau, économie des ressources naturelles.

Un secteur en forte croissance

L’agriculture biologique poursuit son développement et reste un secteur extrêmement dynamique avec des croissances annuelles à 2 chiffres : + 21 % pour le marché bio, + 17% de surfaces bio et + 12% de producteurs engagés en bio en 2016 par rapport à 2015. La part de la surface agricole française engagée en bio est de 6,5% à mi-2017, au même niveau que la moyenne européenne (6,3% en 2015). Mais, certains de nos voisins européens font mieux comme le Danemark avec 10% des exploitations agricoles converties ou l'Autriche avec près de 22% des surfaces en bio ou l'Espagne avec 2 millions d'hectares. D’ailleurs, au sortir des Etats Généraux de l’Alimentation fin décembre 2017, le premier Ministre français a fixé le cap des 15 % de surfaces en bio à l’horizon 2022.

L’agriculture biologique concerne la grande majorité des productions agricoles base de l’alimentation des français : céréales, lait et produits laitiers, fruits et légumes, viandes et volailles, vins. La part du bio progresse régulièrement dans chacune de ces catégories et les coopératives agricoles y sont pour beaucoup. Elles représentent par exemple, 90% des porcs bio ou 65 % des volailles bio élevés en France. Depuis plus de 20 ans les coopératives agricoles participent en effet à la structuration des filières bio en accompagnant les 7 500 agriculteurs coopérateurs engagés dans cette démarche. De par leur capacité à mutualiser le conseil, elles les sécurisent le temps de leur conversion, une période toujours très délicate. En construisant des équipements collectifs de collecte, de stockage et de tri elles les aident à répondre en quantité, en qualité et en traçabilité aux besoins des industries agroalimentaires. En regroupant l’offre elles rendent les produits bio disponibles dans tous les circuits de distribution : supermarchés, magasins spécialisés, cantines et collectivités, marchés de gros.

Autre défi à relever celui des importations. Près de 30 % en effet des produits bio consommés en France sont importés dont la moitié de l’union européenne et l’autre moitié de pays tiers. Il faut donc augmenter la production pour pouvoir offrir au consommateur un produit de proximité parfaitement tracé et sécurisé. Les coopératives prendront toute leur part de ce chantier.

Témoignage de Christophe Lecuyer président de la commission filières biologiques de Coop de France

Des solutions collectives pour développer le bio

Chacune à leur rythme, les filières biologiques ont pu se développer grâce à la coopération agricole qui est devenue leader dans beaucoup de secteurs. Les défis à relever que sont la progression des surfaces et l’amélioration continue de la traçabilité et de la qualité des produits passe souvent par des solutions collectives.